top of page

De la Bastille à Pantin, 7 janvier 2024

Départ de l'Opéra de la Bastille, vers le canal Saint Martin, en passant par la Rotonde de la Villette. Nous avons longé le bassin de la Villette jusqu'à l'écluse verticale, puis nous avons continué le long du canal de l'Ourcq,  traversé le parc de la Villette, longé les Grands Moulins de la Villette, passé sous le périphérique, continué le canal pour arriver à la mairie de Pantin, puis au restaurant Le Gévaudan. Après s'être bien repus, nous avons repris le RER E à Pantin, pour rentrer à Roissy en Brie.

Jacques Huron

Marche nocturne, 30 juin 2023

Pour clôturer la saison, nous nous retrouvons dès 21 h, à 18 sur le parking du stade Paul Bessuard, pour notre marche nocturne. Armés de nos lampes de poche et anti-moustiques, nous sommes prêts à affronter la forêt. L’obscurité nous envahit peu à peu, accentuant l’impression de rentrer dans un milieu hostile. La lune éclaire les allées, mais sous les feuillages, on voit à peine nos pieds. Gare aux pièges en tout genre. Nos lampes attirent dans leurs halos de multiples insectes. Nos pas perturbent la sérénité de la forêt. Des oiseaux s’envolent à notre passage, des branches craquent. Nous suivons vaillamment Fernand et Richard, qui mènent leurs troupes dans les allées sablonneuses, histoire d’accentuer la difficulté de la marche. Au bout de 2 heures de marche et 9 km au compteur,  « c’est dire que l’allure était rapide », nous mettons un point final à notre randonnée. Nous nous rendons chez Fernand pour un apéro bien mérité. La salade de pomme de terre aux harengs fumés concoctée par Phiphi, et les nombreux desserts confectionnés par nos pâtissières, ravivent nos papilles malgré l’heure tardive. C’est dans une ambiance conviviale que nous terminons cette soirée.

Un grand merci à nos organisateurs, à Phiphi qui n’était pas parmi nous, et à nos pâtissières émérites.

A l’année prochaine.

Gigi

Amiens, les Hortillonnages et Naours, 24 juin 2023

Nous sommes 23 participants pour cette journée à Amiens et ses environs. Une petite fraîcheur accompagne notre pause déjeuner sur le parking de l’autoroute, et réveille nos esprits encore endormis.

A10 h, nous parvenons à Naours, première étape de notre périple. Au programme, la visite de la ville souterraine avec un guide qui nous livre son histoire avec passion. Durant des siècles, les Hauts de France ont connus de nombreuses guerres et invasions. Les carrières de craie, nombreuses en cette région, ont servi d’abris pour la population locale, lors des attaques de brigands, mais aussi pendant la guerre de 30 ans, au 17ème siècle. Elles sont devenues de véritables souterrains-refuges « les muches » en picard. Creusées par la main de l’homme dans le flanc de la colline du Guet, la ville souterraine de Naours était composée à son apogée de 28 galeries et 300 chambres. Le confort y était plus que sommaire, avec une température constante de 9 degrés. La présence d’un très long conduit de cheminée qui aboutissait dans la maison du meunier perchée sur la colline (système ingénieux pour tromper l’ennemi), attestait de la présence d’une cuisine. Les années passant, le souterrain est peu à peu tombé dans l’oubli. C’est l’abbé Danicourt qui le redécouvre en 1887. Il se consacra pendant des années à l’exploration du réseau de galeries, et à sa remise en état. Après sa redécouverte, la cité souterraine devient une curiosité locale. Entre 1914 et 1918, elle accueille des milliers de soldats alliés en repos à l’arrière front. Ils laisseront derrière eux leurs traces, signatures sur les parois (3200 traces recensées entre 2013 et 2018). Cette recherche archéologique a permis l’ouverture d’un centre d’interprétation « Les soldats voyageurs », qui relate leurs passages, et met en valeur leurs parcours héroïques. Elle a également permis d’établir des contacts avec les familles des soldats disparus. Ces recherches auprès des familles se poursuivent encore de nos jours.

Après cette visite très intéressante et vivifiante (je vous rappelle seulement 9 degrés), on se retrouve autour d’un bon repas picard à la Brasserie des Muches, qui se trouve sur le site.

Pour notre digestion, nous allons admirer les deux moulins à vent entièrement restaurés qui dominent la colline du Guet. Puis, direction Amiens à 20 minutes de là, où une petite visite à la cathédrale Notre Dame d’Amiens s’impose à tous. Considérée comme un chef d’œuvre de l’art gothique, elle est la plus vaste cathédrale médiévale du monde, avec un volume intérieur de près de 200 000 m³, soit le double de celui de Notre Dame de Paris. Nous sommes éblouis par ses proportions gigantesques, sa flèche de 112 mètres de haut, ses somptueux portails sculptés, ses sanctuaires, son dallage de marbre noir et blanc. Ici, tout témoigne du génie de l’homme.

Mais il est déjà l’heure de rejoindre les Hortillonnages, où nous sommes attendus pour une balade en bateau. Façonnés par des générations de maraîchers, les hortillonnages sont constitués de petites parcelles cultivées, entourées d’eau et accessibles uniquement en barque grâce à un réseau de petits canaux « les Rieux ». Ils sont situés dans l’ancien lit de la Somme, naturellement marécageux. Aujourd’hui, plus de 1000 propriétaires partagent cet espace de 300 ha. Ils ne sont plus qu’une poignée d’hortillons à cultiver la terre, et à vivre de leur récolte. La plupart des parcelles est devenu des jardins d’agrément, où l’on vient se ressourcer. Au fil de l’eau, nous nous laissons bercer par cet écrin de verdure qui invite à la contemplation et à la sérénité.

Mais la réalité nous rattrape. L’heure du départ a sonné. Clap de fin sur cette superbe journée riche en enseignement, découverte et émerveillement.

Un grand merci à nos organisateurs. Comme d’habitude, c’était super.

Gigi

Episy, 17 juin 2023

Giverny, June 25, 2022

We met at 7 a.m. this Saturday morning for a sporty end-of-year outing. We took the coach to Vernon, Les Andelys, Château-Gaillard and Giverny.

Morale was high, but the weather gloomy with showers. Arrived in Vernon, we found a place for the usual breakfast, and without rain. A little ray of sunshine to visit Vernon. The Château des Tourelles is located on the territory of the municipality of Vernon, in the east of the Eure department, within the natural region of the Seine valley. It rises near the Vieux Moulin, on the eastern edge of the valley, between the river and the hillside, which leads to the Norman Vexin plateau.

Le Vieux Moulin is located not far from the Château des Tourelles, this monument is an old water mill, which has become emblematic of the city of Vernon, on the edge of the right bank of the Seine. We headed to the Notre-Dame de Vernon collegiate church, it is a former collegiate church located in Vernon. It is located opposite the town hall, and next to the tourist office. The building is the subject of a classification as historical monuments, by the list of 1862. The tower of the Archives is the last vestige of an old fortified castle of the 11th century which stands in the town of Vernon. Vernon City Hall is a beautiful landmark built in 1895.

Then we went to Château-Gaillard des Andelys, an old fortified castle built at the end of the 12th century, now in ruins, the remains of which stand in the commune of Andelys in the heart of Vexin. The more adventurous went up to the castle, it's normal they are hikers.

Departure for Giverny with search for a place for lunch. The bus took us to the parking lot of Claude Monet's house. The atmosphere was very relaxed, and lunch, with salads and cherry clafoutis, prepared by Phiphi and Annick, delighted us.

At 4pm we headed to Claude Monet's garden and house, a beautiful sublime house and garden with different varieties of trees and flowers.

Very good day and like the atmosphere, despite the gloomy weather.

6 p.m., departure for Roissy en Brie, with arrival at 9 p.m.

Monique and Marie France

Episy, June 18, 2022

Episy, June 26, 2021

Today, we are going to close this year well rotten by the COVID. Fernand rightly maintained this date, and we will celebrate this traditional annual meeting in Episy with dignity. A vanguard is already hard at work from dawn-minet on the fish farm site of the Grattereau mill, to prepare the barbecue, and put into final form the midday meal that will bring us all together.

The Nordic walkers find themselves at the Bessuart stadium in persistent and unattractive rain. It probably pushed some back unless the proximity of the holidays got the better of their participation. We are therefore going to brave the elements, and we witness the miracle of the forest of Fontainebleau. The road to Episy is rigorously dry. Nice, but that's not where we're going right now. It's in Montigny sur Loing, where the route that Jean Yves has prepared for us awaits us. We find after some trial and error the stadium lost in the greenery, and begin the loop. Fontainebleau, you know like me: sand, pebbles, coniferous trees… And bumps, no name, this commodity so rare in Brie. We savor these smooth climbs and winding descents, sipping the water that oozes from our reservoirs. A few stops, and here we go again. The sun has just risen, and the weather is very good. In short, it is happiness. The 12.2 km course is swallowed at a speed of 5.4 km/h.

Back to the cars after some hesitation, and a cry for help from Father Google, to end this outing in the forest. We get changed by swapping our adventurer outfits for the obligatory three-piece suit, to honor our friends who have been toiling since this morning to organize the festivities.

A short journey brings us near the mill of Grattereau in Episy. I overhear Charlie teaching the trout to jump out of the water directly into the haversack. Others brought out respectable and quite unusual sized fish. In short, this fishing trip seems to be a complete success.

The aperitif allows us to chat with each other before taking a seat around the large, well-prepared table. The menu is copious, well washed down with wines of all colors. Charlie and Fifi concocted a really delicious strawberry dish for us. Coffee washed down with a little genepy, for the volunteers, closes this convivial open-air feast under a fairly mild sky, although a little cooler as the hours go by.

Make way for the boules competition. The terrain is full of rocks, hollows and bumps, and for me, it almost becomes a game of chance. Only the pros float!!! Sylvie and I are quickly eliminated by Fernand and Joëlle, a team from hell. I won't be able to provide you with the results, because we left at that time, but it's a safe bet that the winning team will be entitled to a trout, given the miraculous fishing that saturated the baskets.

It was a very nice day, very successful. It is the thanks that I allow myself to address to the organizers who bent over backwards to grant us this moment of friendly sharing.

I wish you happy holidays. See you in September and in good shape!!!

Jean-Daniel Gasparini